Revue Fassl > Numéro trois

D'où l'on écrit

Après «Les années 90 dans la littérature algérienne », « l’autofiction », et un numéro spécial consacré à Mohammed Dib, le nouveau numéro de Fassl aborde la question de positionnement des écrivains, il a pour titre « D’où l’on écrit ».

A travers cette formule, ce sont les choix de narration des écrivains que nous interrogeons, Il est aussi beaucoup question de littérature d’exil ou de voyage. Tout cela par des lectures critiques, celle des Boucs de Driss Chraibi en français, réalisée par Mehdi Houcinat, et celle de La soif de Assia Djebar en arabe, réalisée par Rahil Bali. Mais aussi par des entretiens, avec Souad Labbize (entretien réalisé par Hajar Bali), Abdelkader Djemaï et Marie Cosnay (entretiens réalisés par Sara Kharfi).

Ce numéro compte aussi beaucoup de textes inédits : le récit du séjour de Amira-Gehanne Khalfallah à Détroit, intitulé « Nous sommes tous des enfants de Motown » en français et ceux de Abdelaziz Baraka Sakin (soudan), et Mohamed EL Hadj (Égypte), en arabe.

Sans oublier la traduction du français vers l’arabe du premier chapitre de Miroir d’un fou de Hassan Zehar, signée Salah Badis.